FIFA 20

FIFA 20

Le nouveau FIFA est à peine annoncé que les fans de FIFA Street sont déjà en ébullition. Le foot de rue est à l’honneur avec le mode Volta, qui constitue l’une des principales nouveautés de FIFA 20.

LES JOIES DU BÉTON

Les stades, c’est bien joli, mais créer des cages avec deux sacs à dos, ça a quand même bien plus de style. Loin des paillettes de la Champion’s League, le mode Volta compte mettre en avant la sincérité et le folklore du foot de rue, non sans un certain sentiment de progression. En effet, si le mode Aventure n’existe plus dans FIFA 20, la Volta Story nous fait commencer en bas de notre immeuble pour évoluer ensuite vers des matchs plus compétitifs, jusqu’aux championnats mondiaux de Futsal. On peut créer son avatar de son apparence à ses vêtements, ou choisir parmi les personnages déjà créés pour l’occasion. La narration est présentée via des scènes cinématiques, ce qui ne sera pas sans rappeler les pérégrinations d’Alex Hunter. Toutefois, le mode Volta se veut plus libre dans sa structure, avec la possibilité de gérer son équipe, ainsi que des variations dans les types de matchs proposés, en 3v3, 4v4, ou 5v5, avec goal ou non.

En termes d’évolution, noter que l’on peut engranger de l’argent (des Volta Points) afin de choisir de nouveaux équipements, par exemple. Plus que les gains de matchs, ce sont les challenges qui gonfleront notre porte-monnaie, avec des micro-objectifs comme marquer un certain nombre de buts, faire tel ou tel geste technique ou encore garder ses cages inviolées. Notre joueur améliorant ses statistiques avec de l’expérience, nul doute que les objectifs s’adapteront.

Mais si Volta se présente initialement comme une aventure solo, sachez que le jeu en ligne se mêle aussi à la fête puisqu’en plus de votre progression narrative, vous pouvez participer à des tournois en ligne qui ont un impact sur votre partie, au moins en termes de finance. Parfait pour mesurer votre équipe face aux autres joueurs du monde entier. Notez que s’il est possible de recruter les joueurs des autres équipes en « PvE », il ne semble pas que l’on puisse recruter les joueurs des équipes en ligne, ce qui aurait été très intéressant d’un point de vue communautaire. A vérifier cela dit.

DU CÔTÉ DU GAMEPLAY

S’il est encore difficile de se faire une idée du potentiel de ce mode, il est encore plus compliqué de parler de son gameplay puisqu’il n’était pas jouable. Toutefois, le producteur du mode, Jeff Antwi, nous a donné des informations supplémentaires. Tout d’abord, Les fans de FIFA Street seront surpris d’apprendre que la série annexe d’Electronic Arts n’a pas été prise comme base pour le mode Volta. Le gameplay est directement celui de FIFA en 11v11, les développeurs ayant préféré utiliser les améliorations apportés par leur moteur au fil des années. La seule véritable différence tient en la possibilité d’activer un mode « Easy Tricks » qui permet d’accéder à tous les gestes techniques les plus fous avec beaucoup plus de facilité. On avoue rester dubitatif sur le sujet, car cela risque de ressembler à une simple transposition du mode 11v11, avec moins de joueur et sur un terrain plus petit. Avoir un gameplay plus « Street » n’aurait pas été de trop.

Puisque l’on parle de gameplay, abordons quelques nouveautés, qui sont donc effectives tant pour le mode Volta que pour le 11v11 classique. Le premier élément est une baisse de tempo notable, les développeurs souhaitant limiter les jeux de passes folles qui voient le ballon parcourir 90 mètres en trois secondes. Le focus a été fait sur le 1v1, avec un impact plus fort des tacles et des mouvements défensifs en général. L’idée est d’appuyer chacun des face à face afin de développer l’idée de Decisive Moments, comme les développeurs l’appelle. La bonne nouvelle, c’est que l’on devrait moins voir l’attaquant continuer sa route après un tacle que l’on pensait pourtant parfaitement réussi. Manette en mains le changement ne paraît pas flagrant mais il faudra voir sur de plus longues session de jeu. Les dribbles ont aussi été revu, notamment au niveau du strafing.

L’un des points gênants de FIFA 19, le « Time Finishing » qui permettait de rappuyer sur le bouton de tir avec un bon timing pour ajouter de la précision, a aussi été abordé dans FIFA 20. Les développeurs ont, sans doute à juste titre, considéré que le problème ne venait pas de la feature en particulier, mais du système de tir en général. Ainsi, la position par rapport au but lors d’une frappe, mais aussi la pression des joueurs adverses, aura bien plus d’impact sur le résultat qu’auparavant. Cela évitera sans doute de voir trop souvent un joueur placer la balle en pleine lucarne à 25 mètres alors qu’il était pratiquement dos au but, avec 2 joueurs sur le paletot.

La possibilité de bouger son gardien, juger trop efficace, a été revue, avec une inertie plus prononcée sur ses mouvements. Ainsi, il sera plus risqué d’anticiper une frappe en lucarne, ce qui limitera sans doute les ardeurs des joueurs, notamment en ligne.

Dernier point, les pénalties et coups francs ont été entièrement refaçonnés, avec un système de réticule qui devrait être bien plus intuitifs que celui de FIFA 19, peu apprécié des joueurs. L’idée est de choisir la direction de son tir avant d’appliquer un potentiel effet, directement au stick. S’il faudra un peu de temps pour le prendre en main, il nous semble plus efficace, même si la possibilité pour les gardiens de sauter jusqu’à leur lucarne en une fraction de seconde reste pénible sur les pénalties.

Laisser une réponse